Pettoncourt
Un village où il fait bon vivre

Le site web de la commune de Pettoncourt

Georges de la Tour
Article mis en ligne le 23 février 2016

par Commune de Pettoncourt
logo imprimer

Georges de La Tour est baptisé le 14 mars 1593 à Vic-sur-Seille, siège du bailliage de l’évêché de Metz. L’acte de baptême de Georges de La Tour, conservé au Musée départemental Georges-de-La-Tour à Vic-sur-Seille, indique qu’il est le fils de « Jean de la Tour boullengier [= boulanger] », et de Sibylle de Crospaux, issue également d’une famille de boulangers. Il est le deuxième des sept enfants de la famille.

Son parcours, et particulièrement sa formation initiale, restent méconnus. Il débute une carrière de peintre et fait peut-être la rencontre des maîtres hollandais de l’école caravagesque d’Utrecht Gerrit van Honthorst et Hendrick Terbrugghen lors d’un voyage en 1616. Il a été avancé qu’il se serait rendu à Rome où il aurait découvert l’œuvre du Caravage, mais rien ne l’atteste et, s’il est clairement influencé par le caravagisme, cette influence semble plutôt lui avoir été transmise par le biais de la connaissance de l’œuvre de Terbrugghen, peintre auquel il a souvent été comparé. Il serait donc l’un des rares peintres français de l’époque à ne pas avoir entrepris le classique voyage en Italie.

Il se marie le 2 juillet 1617 à Vic-sur-Seille avec Diane Le Nerf, membre d’une famille noble de Lunéville. Les deux époux s’installent dans cette ville où La Tour commence une carrière brillante, sous le règne d’Henri II de Lorraine, admirateur du Caravage : il multiplie les tableaux à sujet religieux mais aussi les scènes de genre, les tableaux réalistes représentant musiciens et mendiants. Il s’installe en 1619 à la cour du château de Lunéville. En 1620, il est même reçu bourgeois de la ville, doté par le duc de lettres d’exemption qui lui octroient les franchises accordées aux aristocrates. Il devient lui-même l’un des habitants les plus riches de Lunéville et reçoit de nombreuses commandes de la bourgeoisie et de la noblesse lorraine, bien qu’il ne parvienne pas à devenir peintre officiel du duc Henri II, ce titre étant alors l’apanage de Claude Deruet.

Mais à partir de 1633, la Lorraine, dirigée depuis peu par le maladroit duc Charles IV, et jusque-là prospère et sûre, sombre dans les destructions de la guerre de Trente Ans. Lunéville, où réside La Tour, est incendiée en septembre 1638 et le peintre est obligé de fuir la ville pour se réfugier avec sa famille à Nancy, où l’on trouve sa trace à partir du 8 février 16391. Il se rend à Paris puisque l’on sait qu’en 1639 il y reçoit le titre de « peintre ordinaire du roi » ainsi qu’un logement au Louvre, le roi Louis XIII possédant un Saint Sébastien soigné par Irène de sa main. Mais ses possessions et privilèges sont chez lui, en Lorraine, et dès que sa maison est reconstruite, en 1641, il est de retour à Lunéville. Le succès est toujours au rendez-vous puisque plusieurs fois le duc de la Ferté, gouverneur français de Lorraine, se voit offrir pour ses étrennes, un tableau du maître – notamment de scènes nocturnes –, le premier étant une Nativité en janvier 1645.

Les œuvres de la fin de sa vie représentent exclusivement des scènes religieuses – bien que marquées par la peinture de genre – probablement, selon le critique Anthony Blunt, en raison du regain d’importance de la vie religieuse dû aux franciscains en Lorraine après la guerre de Trente Ans. Georges de la Tour meurt, d’après son acte de décès, d’une « pleurésie » le 30 janvier 1652 à Lunéville, mais vraisemblablement d’une épidémie qui a également emporté sa femme Diane le 15 janvier 1652 et son valet Jean « dit Montauban » le 22 janvier. Il sombre rapidement dans l’oubli.

Son fils Étienne (né en 1621) qui a été son apprenti, seul héritier du peintre avec deux sœurs qui ne se marieront pas, va alors réaliser le rêve de son père : acheter le domaine franc de Mesnil près de Lunéville, et gagner ses lettres de noblesse, pour faire oublier son origine roturière. Il décède en 1652.

L’oubli et la redécouverte de Georges de la Tour

Très réputé à son époque, Georges de la Tour sombre ensuite dans l’oubli. Il est redécouvert seulement en 1915, par l’historien d’art allemand Hermann Voss (1884-1969) à partir de deux tableaux du Musée des beaux-arts de Nantes, L’Apparition de l’ange à saint Joseph et Le Reniement de saint Pierre, qui sont signés et pour l’un d’entre eux daté, ce qui est très rare chez La Tour, permettant à Voss de lui attribuer aussitôt Le Nouveau-né du musée de Rennes (le troisième tableau de Nantes, Le Vielleur, ne sera attribué qu’en 1931). Les travaux de Hermann Voss – qui s’appuie notamment sur des travaux antérieurs et demeurés un peu ignorés d’Alexandre Joly de 1863, vont permettre de réattribuer plusieurs tableaux à éclairage diurnes – ils ont justement replacé Georges de La Tour parmi les plus grands peintres « français » du XVIIe siècle.

Vic-sur-Seille, sa ville natale en Lorraine, lui a dédié un musée, le musée départemental Georges-de-La-Tour qui rassemble notamment des œuvres de l’époque et de l’école du peintre ainsi qu’un tableau de sa main récemment acquis (Saint Jean-Baptiste dans le désert) ainsi qu’une Tête de femme qui a sans doute fait partie d’un plus grand tableau disparu.

Description de son œuvre

La Tour est particulièrement célèbre pour les effets de clair-obscur qu’il introduit dans ses scènes nocturnes, technique qu’il a développée bien mieux que tous ses prédécesseurs du nord de l’Europe, tout en transférant son usage, jusque-là réservé à la peinture de genre par les Hollandais, à des sujets religieux. Contrairement au Caravage, les peintures religieuses de La Tour ne présentent pas d’effets dramatiques ou théâtraux ni de monumentalisation des figures, si bien que l’on peut facilement les confondre avec des scènes de genre, ces scènes de la vie quotidienne dont la peinture flamande et hollandaise de l’époque était friande : La Nativité du musée des Beaux-Arts de Rennes en est l’un des meilleurs exemples. Cette deuxième phase dans sa production picturale commence à partir des années 1640. Les compositions géométriques et la simplification des formes qu’il met en œuvre montrent bien la particularité de son approche du clair-obscur et des leçons du Caravage, ce qui le place clairement en marge du mouvement ténébriste d’un Jusepe de Ribera et des suiveurs italiens du Caravage. Sa manière semble être sans équivalent. Sa palette chromatique est caractérisée par des harmonies de rouges, bruns et de blancs avec très peu de couleurs dissonantes. Le recours à une légère simplification des formes, la grande précision du dessin pour les détails et l’absence, dans ses tableaux, de composition construites autour de lignes violentes pourtant si courantes dans la peinture caravagesque sont autant de caractéristiques de l’art de Georges de La Tour.

Le style unique qu’il a développé, ainsi que sa prédilection pour des sujets nocturnes au cadrage serré, où la source de lumière n’est la plupart du temps qu’une chandelle, permettent également bien souvent de reconnaître d’emblée un tableau comme étant de sa main ou, tout du moins, de son école.

Il a souvent peint plusieurs versions d’un même tableau (comme le Tricheur à l’as) mais sa production – ou ce qu’il en reste – est relativement restreinte. Son fils Étienne ayant été son élève, ses œuvres ayant souvent été imitées ou copiées ainsi que le manque de sources et de documents sur sa vie et son travail font qu’il est souvent difficile d’établir le corpus des œuvres de Georges de La Tour, seule une trentaine lui ayant été rendues avec sûreté. Le travail d’attribution n’est donc pas encore terminé aujourd’hui.

0 | 30

0 | 30


Dans la même rubrique

"Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point." Blaise Pascal

pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs

RSS

2014-2017 © Pettoncourt - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.59
Hébergeur : 1&1